Artikelübersicht

Kultur und Sport:

Exposition au Louvre : Les arbres de Noël dans tous ses états

Natur, Tiere und Umwelt

Scientists investigate potential new lemur species

L’aye-aye - Une des richesses naturelles endémiques de Madagascar

Politik:

Abgekartetes Spiel zwischen Anwalt und Richter?

Polizeibericht:

Mahamasina : Trente arrestations durant le « big show »

Tourismus:

Tourisme dans le Menabe : 415 millions d’ariary d’investissements en 2010

Wirtschaft:

Exportation de vanille: Un héritage du colonialisme

Sonstiges:

Weihnachtspostamt Himmelstadt: Energietee fürs Christkind

Kultur und Sport

http://les-nouvelles.com/spip.php?article6244

Exposition au Louvre : Les arbres de Noël dans tous ses états

Que faire face à l’interdiction de coupure du sapin en cette période de fêtes de fin d’année ? C’est certainement la question qui tracasse en ce moment plus d’un. Mais c’est certainement aussi l’une des raisons qui ont poussé ces créateurs à tenir une exposition d’ arbres de Noël au Louvre à Antaninarenina dont le vernissage a eu lieu dans la soirée du vendredi.

L’exposition est certes insolite mais, elle reste très promoteur de talents, de jeunes talents bien entendu. Chacun, créateur en herbe, confirmé ou jeune talent, invente et réinvente selon sa propre imagination son arbre de Noël. Il y a donc ceux qui ont choisi de récupérer les vieux matériels électroniques, les cartons usés, le coton, les bonbons et les coupures de journaux pour fabriquer leur arbre de Noël. Mais il y a aussi ceux qui ont opté pour les fleurs, les feuilles de palmiers…

En somme, cette exposition qui dure jusqu’au 22 décembre, dans le hall de l’Hôtel du Louvre, est un véritable défilé de création pour égayer certainement le Noël des enfants. Vavah Rakotoarivonjy

Natur, Tiere und Umwelt

http://www.guardian.co.uk/environment/2010/dec/13/lemur-species-madagascar

Scientists investigate potential new lemur species

Genetic analysis will determine whether a new species of fork-marked lemur has been discovered in Madagascar
Shanta Barley,
· The Guardian, Monday 13 December 2010

Scientists believe they have discovered a new species of lemur in the forests of Madagascar.

The animal's unique, feathery structure under its tongue – that may be used to gather nectar – distinguishes it as a new species, researchers say. They are waiting for the results of a genetic analysis to confirm the claim.

Primatologist Russ Mittermeier, who is now the president of Conservation International, first glimpsed the lemur in 1995 in Daraina, a forest in north-east Madagascar. It had a black stripe on its back that forked on its face, suggesting to Mittermeier that it was a fork-marked lemur belonging to the genus phaner.

"I was surprised to see a fork-marked lemur there, since this animal had not yet been recorded from the region," he said. "I immediately knew that it was likely a new species to science."

It was not until October this year, however, that Mittermeier returned to Daraina, along with a film crew from the BBC's Natural History Unit, to investigate. After hearing the distinctive calls of a fork-marked lemur, the team tracked it through the forest and shot it with a tranquiliser gun. They took blood samples from the lemur for genetic analysis and returned it to the wild when it regained consciousness.

Footage of the lemur will air tomorrow on the BBC programme, Decades of Discovery, in which filmmaker Chris Packham goes in search of his top 10 favourite new species of the last decade.

Although the results from the genetic analysis have not yet been revealed, Mittermeier is convinced that the creature is a new species of fork-marked lemur that is uniquely adapted to the forests of Dairana. Sandwiched between its toothcomb and tongue is a "strange structure" that has never been seen before in species belonging to the phaner genus, according to Mittermeier. White and feathery, the structure flicks upwards when the lemur's tongue is extended. He believes that it helps the lemur to capture nectar.

Apart from the strange structure in its mouth, the lemur is otherwise very similar in appearance to other species of fork-crowned lemur. It has a "toothcomb" – a mesh of incisors that it uses to scrape tree sap off bark – and a long, spindly tongue that it uses to eat nectar and tree sap. It also sounds a loud, high-pitched call just after sunset and leaps between branches without pausing.

There are four known species of phaner – or fork-marked – lemur: the Amber mountain fork-marked dwarf lemur, the eastern fork-marked dwarf lemur, the western fork-crowned dwarf lemur and the Sambirano fork-crowned dwarf lemur. Although 42 species of lemur have been discovered in Madagascar since 2000, not a single new species belonging to the phaner genus has been found. "This would be the first, and that's very exciting," Mittermeier said.

"This is yet another remarkable discovery from the island of Madagascar, the world's highest priority biodiversity hotspot and one of the most extraordinary places in our planet," Mittermeier said. "It is particularly remarkable that we continue to find new species of lemurs and many other plants and animals in this heavily impacted country, which has already lost 90% or more of its original vegetation."

Linn Groeneveld, a primatologist based at the Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology in Leipzig, Germany, is sceptical of Mittermeier's claims, however. "A great number of new lemur species have been described in the last decades and I think people have rightly so expressed concern about the validity of some of these species. I believe that we should use an integrative approach to species delimitation, which relies on multiple lines of evidence."

According to Groeneveld, conservationists are sometimes too hasty to declare the discovery of new species, because it helps them to protect threatened ecosystems. "Every new - especially primate - species can serve as an extra argument for the much needed protection of remaining forest," she said. But not everyone agrees. According to Christopher Golden, who researches Madagascan conservation at the University of California in Berkeley, even the discovery of a new species of lemur will not be enough to protect Madagascar's forests.

"Discoveries of new species have historically altered the fate of threatened ecosystems during the era of the Durban Vision, but since the change in political regime, the hope for illuminating hidden biodiversity to enhance incentives for conservation has been lost amid political strife," said Golden. The Durban Vision was a promise made by former president Marc Ravalomanana to triple the area of the country's national parks. It was sidetracked in March 2009, when a violent coup overturned the government, according to Golden.

In addition to footage of the potentially new species of lemur, the BBC programme will include exclusive footage of a host of other unusual, recently discovered species. On the list is the pygmy three-toed sloth, the sengi; Chan's megastick – the world's longest insect, and the bamboo shark, which walks along the sea bed on fins.

Also featured in the documentary is the barreleye, a deep sea fish with a transparent head that protects its tubular, green eyes from the stinging tentacles of the jellyfish that it eats. In 2009, footage of the fish captured by remotely operated vehicles at a depth of 700m revealed that the eyes point upwards when the fish is looking for food, and swivel forwards when it is feeding.

• Decade of Discovery will be shown on BBC2 at 8pm on Tuesday 14 December

http://www.madamatin.com/articles/societe/laye-aye-une-des-richesses-naturelles-endemiques-de-madagascar.html

L’aye-aye - Une des richesses naturelles endémiques de Madagascar

 

 

Écrit par Ari Noa

Jeudi, 09 Décembre 2010 18:21

Espèce nocturne, l'aye-aye ne sort qu'à la nuit noire ; c’est la raison pour laquelle il est très difficile à observer dans la nature.

Classé parmi les richesses de la Grande Ile, c’est un primate archaïque du groupe des lémuriens. Uniquement localisé dans les forêts côtières de Madagascar, il est actuellement en voie de disparition. C'est la seule espèce du genre Daubentonia, lui-même seul membre de la famille des daubentonidés. Aussi, est-ce un animal très particulier dont on peut dire qu'il combine des incisives de rongeurs, des oreilles de chauve-souris, une queue d'écureuil et une adaptation particulière, le troisième doigt de la main extrêmement allongé, dans un mode de vie arboricole qui le fait occuper une niche écologique voisine de celles des pics ou des écureuils sur les autres continents, en Europe essentiellement. A noter que c’est le seul primate à avoir 18 dents. Particulièrement, il est insectivore et frugivore, généralement solitaire et nocturne, discret et difficile à observer. Il déloge des larves d'insectes xylophages qu'il détecte en tapotant les troncs avec son doigt spécialement adapté à cette fin, auxquels il accède en élargissant les orifices et en déchiquetant les couches supérieures avec ses incisives et qu'il déniche finalement avec son grand doigt muni d'une griffe. De la même façon, il est capable d'extraire le cœur tendre des noix de rami. A certaines périodes de l'année, c'est pour extraire le cœur spongieux des gales sur les branches d'Eugenia que le doigt particulier de l’aye-aye lui est particulièrement utile.

Un messager du mal
Endémique de Madagascar, l’aye-aye est un être étonnant qui doit, pour survivre, lutter contre les superstitions des populations. Le Daubentonia madagascariensis, appelé communément « aye-aye » par les populations locales, tient une place très particulière dans le bestiaire malgache. De multiples légendes courent sur cet animal aux mœurs nocturnes. Si le nombre d'individus a chuté au cours des dernières décennies, en revanche le mythe de l'animal maléfique s'est conservé, transmis de génération en génération. Outre le fait qu'il porte malheur s'il apparaît dans ou aux abords des habitations, on dit également qu'il possède des pouvoirs de sorcellerie grâce à son doigt majeur démesuré, dont se servent les devins. Historiquement, cet animal est considéré comme un messager du mal par les paysans, l'aye-aye a payé un lourd tribut à la peur des villageois. Lorsqu'un aye-aye est aperçu près d'un village, on consulte l'Ombiasy, le sage et sorcier local. Et bien que l'animal soit protégé par la loi, il fait souvent l'objet d'une mise à mort rituelle... à moins que l'Ombiasy ne le déclare sans danger. Nombreux vieux et vieilles Malgaches vivent encore avec ces superstitions solidement ancrées dans leurs croyances. Heureusement, les jeunes y sont de moins en moins sensibles.   Recueillis par Ari Noa

Politik

Abgekartetes Spiel zwischen Anwalt und Richter?

Zum Thema ausufernde Korruption in Madagaskar noch ein “deutscher Beitrag”:

“Das Thema "Polizeikontrollen auf den Landstrassen" hat fur mich eher folkloristische Züge.
Geradezu kriminell wird es, wenn man folgenden Machenschaften ausgesetzt ist:
Ich habe dieses Jahr 1,5 Mio Ariary an einen Rechtsanwalt bezahlt, um meinen Angestellten aus dem Gefängnis zu holen, ganz zu schweigen von dem Zeit- und Nervenverlust in der Firma, die einige Monate durch Termine mit Gendarmen, Police judiciaire, Tribunal und Beteiligten nahezu lahm gelegt war:
Im Frühjahr hatte mein Angestellter einen Bagatellunfall mit dem Firmenwagen, Ein Sturzbetrunkener, der sich nicht mehr auf den Beinen halten konnte, fiel vor den Wagen, ohne ihn jedoch zu beruehren, am Wagen war auch kein Schaden zu erkennen. Trotzdem brachte mein Angestellter den Mann vorsichtshalber ins Krankenhaus.
Die Gendarmen beschlagnahmten das Fahrzeug wegen "Homicide involontaire avec fuite",  um es zu untersuchen, fanden nichts und gaben es - sowie meinen Angestellten -  auf Anweisung des Staatsanwalts wieder frei, der wörtlich sagte,  "gegen ihn läge nichts vor, er könne sich frei bewegen".
Der Hintergrund:  In der Nacht des selben Tages wurde ein Mann tot auf der Strasse aufgefunden.  Die Polizei hatte bereits festgestellt, dass dies kein Unfall war, sondern dass der Mann erschlagen wurde.
Aber einige Wochen spaeter berief ein Untersuchungsrichter meinen Angestellten  mitsamt seinem Unfallopfer zu einem Termin - und sperrte beide wegen Mord ins Gefängnis.  Als ich der von uns beauftragten Rechtsanwältin den Rest zu der vereinbarten 1 Mio Ariary
geben wollte, sagte sie, da sei ihr Honorar noch nicht drin -
1 Mio Ariary (jeweils 500.000 für jeden der beiden Inhaftierten) bekäme der Richter, um die "Enquête à fond" um 4 Wochen vorzuverlegen, sonst - so wörtlich - "bekommen wir die beiden nie raus".
Als ich sagte, das sei Korruption, meine sie lapidar, "so ist das eben hier."
Ich zahlte also die komplette Summe (bei einem anderen Rechtsanwalt hätte  ich wohl das gleiche Problem gehabt) und reichte bei BIANCO schriftlich eine Klage wegen "Abus de fonction" und "Abus de pouvoir" ein. Dort sagte man mir, da könnten sie nichts machen, weil ja niemand den Richter bei der Geldannahme gesehen habe.
Man schickte mich zum Procureur des "Cour d'Appel" (was ich dummerweise machte), der mir riet, beim Justizministerium Klage gegen den Richter einzureichen (was ich nicht tat).
2 Tage später sah mich der Richter am Tribunal und fragte mich,
ob es stimme, dass ich gesagt habe, dass er Geld genommen hat.
Er kündigte an, er werde ein Verfahren einleiten gegen die Rechtsanwältin und mich als Zeugen benennen (worauf   ich verständlicherweise überhaupt nicht erpicht war,
nachdem ich gesehen hatte, dass ein betrunkenes Unfallopfer plötzlich
zusammen mit dem Unfallfahrer wegen Mord im Gefängnis sitzt).
Soviel zur Wirksamkeit und zu den Methoden von BIANCO...
Und so nebenbei:
Ist es normal, dass ein Rechtsanwalt seinen wegen Mord inhaftierten Klienten das erste Mal sieht, NACHDEM er das Gefaengnis verlassen hat ?
Zwar ist es schwer zu beweisen, aber es ist mehr als wahrscheinlich,
dass der Richter zweimal kassiert:
Einmal von demjenigen, der ihn dafür bezahlt, dass er einen Unschuldigen in den Knast steckt - und einmal von demjenigen, der dafür bezahlt, ihn wieder rauszuholen.
Gibt es den zweiten nicht, dann sitzen die Leute Monate oder Jahre im Gefängnis - etwa 60 % der Insassen sollen auf diese Weise inhaftiert worden sein.
Das Ganze sieht nach einem abgekarteten Spiel zwischen Rechtsanwalt und Richter aus, beide verdienen daran, und es gibt offiziell keine "korrupte" Geldübergabe, sondern nur eine ganz korrekte Quittung beim Rechtsanwalt über die ganze Summe  (wenn man sie verlangt).
Wer mit einer solchen Situation konfrontiert ist, sollte die Nummern aller Scheine vor der Übergabe notieren und mit der Liste direkt zur BIANCO-Direktion gehen.
Und: Es gibt so ein "Fanafody gasy", mit dem alle menschlichen Teile, die damit in Berührung kommen, elefantös anschwellen... Wenn man das vorher auf die Scheine träufelt ...
PS: Wenn jemand einen realisierbaren und aussichtsreichen Tipp für mich hat, wie und wo ich meine 1,5 Mio Ariary zurückerstatten lassen kann -
gebe ich demjenigen 10 % Erfolgsprämie...”

Polizeibericht

http://les-nouvelles.com/spip.php?article6240

Mahamasina : Trente arrestations durant le « big show »

Le « big show » offert au public samedi dans le cadre de l’avènement de la 4e République a été entaché de 30 arrestations. Dans 99% des cas, les concernés sont des mineurs pris en flagrant délit de vols de téléphones portables, sinon de consommation et/ou détention de chanvre indien.

Grâce à la vigilance des forces de l’ordre, aucun incident majeur n’a été enregistré samedi durant le « big show », à l’exception de 24 arrestations au stade de Mahamasina. Le concert a commencé tout de suite après l’inauguration de l’Hôtel de ville, sans qu’aucun incident n’ait eu lieu. Concert gratuit oblige, l’événement s’avérait une occasion en or pour les pickpockets et autres voleurs à la tire de se manifester.

Apparemment, les « trouble-fêtes » ont attendu que le stade soit plein pour agir. Vers 17h, alors que le concert battait son plein, on a observé, à maintes reprises, des policiers ou gendarmes effectuer des va-et-vient entre le stade et le commissariat de Mahamasina, accompagnant des adolescents venant de commettre un délit. Sur ce sujet, les vols de téléphones portables, la consommation et/ou détention de chanvre indien et enfin, les coups et blessures volontaires, ont constitué la majeure partie des infractions. 30 jeunes hommes dont l’âge varie entre 14 et 20 ans ont été interpellés. L’on annonce par la suite que les téléphones volés ont tous été restitués à leurs propriétaires mais en pareilles circonstances, les procédures afférentes à l’enquête ont été respectées, d’où la mise en garde à vue de tous les concernés jusqu’à hier.

Par ailleurs, l’on annonce que les plus âgés du groupe, six hommes au total, ont été apostrophés pour avoir provoqué la bagarre à des spectateurs. Ils avaient sur eux des poignards et qui plus est, ils venaient de consommer de la drogue. Il a fallu aux forces de l’ordre maîtriser par la force l’un d’eux qui a essayé de résister. Ensemble, le groupe a été emmené à la gendarmerie. Autre incident, enfin, qui a marqué le concert, un jeune homme a chuté du haut des gradins et a été évacué à l’HJRA.

A propos toujours d’interpellations, les policiers du commissariat de Mahamasina ont effectué des rondes de routine dans leur circonscription après la fête de samedi. Ainsi, en passant à Madera Namontana, « La Réunion kely », Anosizato Ouest et leurs environs immédiats, ils ont appréhendé, entre minuit et 4h, 16 individus circulant de façon suspecte dans les ruelles. Elia R.

Tourismus

http://les-nouvelles.com/spip.php?article6255

Tourisme dans le Menabe : 415 millions d’ariary d’investissements en 2010

415 millions d’ariary. C’est le montant des investissements touristiques engagés par les hôtels et restaurants, entreprises de voyage et de prestations touristiques au cours de 2010, selon les informations recueillies auprès de la direction régionale du Tourisme et de l’artisanat du Menabe.

Ces investissements consistent notamment en la création de nouveaux établissements touristiques (hôtels/restaurants et entreprises de voyage) qui ont reçu leur agrément cette année. Côté capacité d’accueil, ces nouvelles entreprises portent ainsi le total de chambres existant dans les zones de Morondava, Belo sur Mer, Belo sur Tsiribihina et Miandrivazo à 619 pour un nombre de lits avoisinant les 767. De même, ces différentes infrastructures mobilisent près de 379 personnes.

S’ajoutant à celui de l’année 2009, le coût de ces investissements atteint les 881 millions d’ariary.

3 044 visiteurs

Au sujet des arrivées, les opérateurs touristiques se plaignent toujours de la rareté des visiteurs malgré les travaux de réhabilitation effectués sur la RN4. D’ailleurs, un tronçon de 112 km entre Mahabo et Morondava est toujours en chantier actuellement.

Cela étant, 3 044 touristes nationaux et étrangers ont visité la ville de Morondava jusqu’en octobre dernier. Les 2 095 étrangers sont, en majorité, constitués de Français (1 053), suivis des Japonais (207), des Belges (82), des Allemands et des Italiens (81) et des Anglais (80). D’autres nationalités ont également visité la ville, en l’occurrence des Espagnols, des Américains, des Suisses, des Australiens, ou encore des Sud-africains.

Toujours d’après les données de la direction régionale du Tourisme, il faut savoir que le pic de fréquentation touristique se situe entre les mois de juillet et d’octobre, que ce soit pour les touristes nationaux ou étrangers. Nasolo R.

Wirtschaft

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=8635:exportation-de-vanille-un-heritage-du-colonialisme&catid=45:newsflash&Itemid=58

Exportation de vanille: Un héritage du colonialisme

 

 

 

Lundi, 13 Décembre 2010 05:46

La vanille de Madagascar est un produit très apprécié dans le monde: elle confère une touche d’élégance aux emballages de glace et de sucre vanillé, atténue le fort goût de certains cafés et parfume certains produits cosmétiques.

Cet arôme qui charme par sa douceur s’est pourtant révélé bien amer pour ses producteurs.

Dans ce contexte, les données de Action de Carême, font état, notamment, que :  «A Madagascar, il a été la ruine de familles entières», nous explique François d’Assise, l’un des animateurs formés par Action de Carême dans le cadre de son programme Tsinjo Aina, qui signifie « rendre la vie sûre » en malgache. Ce programme créé en 1998 soutient la création de groupes d’épargne. Il s’est révélé être un excellent instrument pour faire face à la plaie qu’est l’usure.

La culture de biens d’exportation tels que la vanille, le café, les clous de girofle et les litchis a été introduite par les Français durant l’époque coloniale.

Avec son climat tropical, le nord-est de la «Grande Ile», c’est ainsi que l’on surnomme Madagascar, s’y prête bien. La SAVA (région qui doit son nom aux initiales de ses quatre villes principales, Sambava, Antalaha, Vohémar et Andapa) est alors devenue le royaume de la vanille. Vingt-quatre des vingt-neuf hectares de terre sur lesquels la vanille est cultivée se trouvent dans cette région. De nombreuses familles ont été attirées par les 200 à 300 dollars auxquels se vendait le kilo de vanille dans les années 90, et dès lors par le mirage d’un avenir meilleur. Elles ont alors abandonné leurs cultures traditionnelles (riz, manioc, patates douces), indispensables à leur survie, pour se consacrer exclusivement à la vanille. En 2004, cette activité occupait 80 000 agriculteurs malgaches, en rien découragés par l’énorme travail qu’exige ce produit.

Et toujours, selon la même source, il est indiqué , entre autres, que : «  Les règles impitoyables du marché international ont vite brisé le rêve de ces familles. En 2000, le passage de deux cyclones a détruit une bonne partie des récoltes dans la région de la SAVA. Ce désastre et les spéculations des négociants et joueurs en bourse qui ont suivi ont fait bondir les prix. En

2003, un kilo de vanille se vendait à 500 dollars. La course à la vanille est alors devenu le nouvel Eldorado pour la majorité des agriculteurs de la région, qui se sont mis à rêver d’un avenir meilleur.

Mais tout ce qui brille n’est pas or: ils le découvrent à leurs dépens. La montée effrénée du prix de la vanille de Madagascar provoque des réactions lourdes de conséquences. Pour renflouer les caisses de l’Etat, le gouvernement malgache introduit alors une taxe sur les biens d’exportation, renchérissant ainsi le produit. Peu à peu, des pays tels que le Mexique et l’Indonésie investissent, eux aussi, dans la culture de la vanille et deviennent vite de sérieux concurrents. Quant à l’industrie agroalimentaire, soucieuse de limiter les coûts de production, elle investit dans la recherche puis opte pour la vanilline, un arôme artificiel disponible en grande quantité et à bas prix.

Cet enchaînement  d’événements, d’après toujours Action de Carême, signe le début d’une longue agonie pour l’exportation de la vanille et une profonde misère pour de nombreuses familles d’agriculteurs.

«Aujourd’hui, cette activité n’occupe plus grand monde», ajoute François d’Assise. Tsara, sa femme, leur fille et leur petite-fille cultivent encore la vanille.

Mais au lieu de la vendre verte, comme le font la plupart des familles, ils préfèrent la traiter et la travailler pour vendre un produit à plus grande valeur ajoutée…

Sonstiges

http://www.sueddeutsche.de/bayern/weihnachtspostamt-himmelstadt-energietee-fuers-christkind-1.1031256

Weihnachtspostamt Himmelstadt: Energietee fürs Christkind

Interview: Isabel Meixner , 13.12.10

Schreiben Kinder an das Christkind, landen die Briefe im Weihnachtspostamt Himmelstadt. Leiterin Rosemarie Schotte über kuriose Kinderwünsche.

Jahr für Jahr schreiben tausende Kinder an das Christkind. Die Briefe landen in Himmelstadt. Die 70-jährige Rosemarie Schotte leitet das dortige Weihnachtspostamt seit 1994 und beantwortet mit ihren ehrenamtlichen Helfern jeden einzelnen Brief. Das Rückporto übernimmt die Deutsche Post.

sueddeutsche.de: Frau Schotte, haben Sie als Kind an das Christkind geglaubt?

Rosemarie Schotte: Jedes Jahr habe ich einen Brief geschrieben und auf die Fensterbank gelegt, damit das Christkind ihn abholt. An Heiligabend habe ich durch das Schlüsselloch in Wohnzimmer geschaut, um einen Blick auf das Christkind zu erhaschen - immer vergeblich.

ANZEIGE

sueddeutsche.de: Glauben heute noch viele Kinder an das Christkind?

Schotte: Im ersten Jahr kamen 3500 Briefe im Weihnachtspostamt an. Im vergangenen Jahr haben wir 68.500 Briefe beantwortet. Ein Kind hat einmal geschrieben: "Entschuldigung, ich habe deine Geschenke angeguckt. Ich hoffe, wir bleiben trotzdem Freunde." Die Kinder glauben also sehr wohl an das Christkind.

sueddeutsche.de: Kommen die Briefe alle aus Deutschland?

Schotte: Uns erreichen auch Briefe aus fernen Ländern: Australien, USA, Ecuador oder Kasachstan. Es sind auch exotische Länder dabei wie die Philippinen, Taiwan oder Madagaskar. Oft bitten uns Großeltern, ihren ausgewanderten Enkeln einen Brief zu schicken. Die zeigen den Brief ihren Freunden - und so spricht sich das mit dem Weihnachtspostamt herum, nehme ich an.

sueddeutsche.de: Sie leiten seit 1994 das Weihnachtspostamt. Wie bewältigen Sie das?

Schotte: Für uns ist die Vorweihnachtszeit natürlich Stress hoch drei. Mein Mann und ich haben 36 Helfer. Die meisten sind Rentner, die jeden Tag zwei bis drei Stunden Briefe beantworten - und das sechs Wochen lang, ohne Geld.

sueddeutsche.de: Was steht in den Briefen drin?

Schotte: Die meisten wünschen sich, dass ihre Eltern weniger streiten und dass sie viel Zeit mit ihren Eltern verbringen können. Einige schreiben auf, was sie bedrückt, und bitten darum, dass ihr Vater wieder Arbeit findet. Ganz wichtig ist auch das Thema Haustiere. Ein Kind wollte wissen, ob wir seinen toten Hasen im Himmel gesehen haben und ihm ein Bussi geben können.

sueddeutsche.de: Wie ergreifend!

Schotte: Es ist manchmal auch ein wenig kurios, mit welchen Dingen sich die Kinder beschäftigen: Ein Mädchen hat Energietee geschickt, damit dem Christkind nicht die Kraft ausgeht, ein Junge hat sich besorgt erkundigt, ob das Christkind die Schweinegrippe hat und ihm sein Geschenk womöglich nicht bringen kann. Manche Briefe stimmen uns aber auch nachdenklich...

sueddeutsche.de: Welche?

Schotte: Manchmal schreiben Kinder, die einen Elternteil verloren haben. Das berührt einen sehr. Man möchte etwas antworten, um das Kind aufzumuntern, aber wie kann man das machen? Das geht mir so nahe, dass ich nachts schlecht schlafe. Deshalb bin ich auch ein wenig froh, wenn nach dem 24. Dezember wieder Ruhe ist

Absender:

Klaus Heimer

Fotograf, Journalist, Autor, Reiseleiter

www.klausheimer.de

This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

00261 33 11 64408